Version imprimable

Développer l’attractivité du territoire

Le projet de port multimodal à Achères s’inscrit dans une politique d’attractivité territoriale. Il constitue une réponse pertinente aux opportunités et contraintes du territoire.

  • (c) HAROPA-Ports de Paris

Des opportunités économiques à exploiter

Le territoire de la Confluence Seine-Oise connaît actuellement des difficultés - baisse de l’emploi industriel, déséquilibre habitat / taux d’emploi. Fort heureusement s’ouvrent à lui de nombreuses opportunités en termes de développement.

Un sol partiellement pollué mais un sous-sol riche en granulats

Situés sous une couche de terres superficielles d’une épaisseur de 30 centimètres à 1 mètre, les sous-sols de 70 % environ de l’emprise du projet sont constitués de sables et de graviers alluvionnaires sur une dizaine de mètres de profondeur. Ils seront encore exploités par l’entreprise GSM dans les vingt-cinq années à venir. Pour autant, parce que la plaine d’Achères servait de site d’épandage aux eaux usées de l’agglomération parisienne, elle est polluée en surface principalement aux métaux lourds. 

Un site inondable qu’un port rendrait constructible

Dans la plaine d’Achères, le risque d’inondation est majeur. Mais un port la rendrait constructible.

  • La  plaine d’Achères- Poissy est identifiée comme un secteur particulier à forts enjeux économiques, avec notamment son industrie automobile et son projet portuaire. 
  • Les constructions et aménagements sur le secteur ont donc été autorisés sous réserve de la mise en œuvre d’un Plan Global d’Aménagement (PGA). La darse du projet portuaire rend ainsi possible l’urbanisation d’autres secteurs d’activités.

Un patrimoine naturel, unique, des boucles de la Seine, à préserver

(c) HAROPA-Ports de Paris 

Le territoire c’est aussi de beaux paysages et un cadre de vie à conserver. Un port de nouvelle génération, maîtrisant ses impacts, s’y intégrerait.

  • Les éléments permettant de composer un grand paysage sont encore bien présents sur ce territoire nourri par le fleuve : la forêt de Saint-Germain-en-Laye, le massif de l’Hautil... et surtout la boucle de la Seine.
  • Le projet borde également des milieux naturels sensibles, notamment la zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) « parc agricole et plans d’eau d’Achères ». 

Un réseau routier saturé mais bien desservi par le fer et le fleuve

(c) SYSTRA

Les routes sont saturées d’où le besoin de transports alternatifs, fleuve et fer. Un port y pourvoirait et mettrait en synergie les différents modes de transport.

  • S’agissant des infrastructures routières, le site est principalement desservi par un axe de circulation du réseau majeur francilien : la RN184. Elle permet de rejoindre :
    - au nord l’A15, l’A104 et l’A16 
    - au sud, accessibles via la RD30, l’A13 et l’A14

    Le trafic est dense et présente des points de congestion aux heures de pointe, notamment aux principaux carrefours.

  • S’agissant des infrastructures ferroviaires, le territoire est, par ailleurs, desservi par deux gares : Achères-Ville et Achères Grand-Cormier.
    - La première est utilisée par le RER A en direction de Cergy-le-Haut et la ligne L du Transilien entre Paris-Saint-Lazare et Cergy-le-Haut.
    - La seconde, est également une ancienne gare de triage de 90 hectares sur laquelle des activités de fret ont encore lieu à ce jour.

Port Seine-Métropole Ouest est un projet en mesure de s’inscrire dans l’ensemble des enjeux cités ci-dessus.