Version imprimable

Un site d’avenir, à la confluence de la Seine et de l’Oise

Situé à la confluence de la Seine et de l’Oise sur la plaine d’Achères, à proximité de la gare de fret d’Achères-Grand-Cormier et desservi par la RN184, Port Seine-Métropole Ouest (PSMO) constitue un carrefour modal idéal pour le transport de marchandises.

  • PSMO, au coeur de la Plaine d'Achères

 

  • Au nord de la boucle de la Seine de Saint-Germain-en-Laye, Port Seine-Métropole Ouest (PSMO) s’inscrit dans le territoire de la Confluence Seine-Oise, une conurbation de 440 000 habitants qui s’étend sur les Yvelines et le Val d’Oise. 
  • Le projet est implanté sur trois communes : Achères (85% du périmètre d’aménagement portuaire), Andrésy (13,5%) et Conflans-Sainte-Honorine (1,5%).

Au carrefour du fleuve et du fer

(c) HAROPA-Ports de Paris 

  • A la confluence de la Seine et de l'Oise, l’emplacement du projet est stratégique pour le transport de marchandises par la voie d’eau. La Seine permet notamment la navigation de bateaux au gabarit européen.
  • Desservi par un axe routier structurant, la RN184, le site est aussi à moins de 3km de la gare de fret d’Achères-Grand-Cormier, un atout supplémentaire pour développer l’intermodalité fer/fleuve
    Concernant le transport de passagers, il est par ailleurs desservi par le RER A et par la ligne L du Transilien, un atout valorisable pour l’implantation d’entreprises.

Des ressources naturelles stratégiques 

  • Les gisements de granulats (sables et graviers) de la plaine d’Achères sont les plus importants à proximité de Paris (40 millions de tonnes). Une partie du gisement est actuellement exploitée en carrière par l’entreprise GSM.
    Ces ressources naturelles sont majoritairement utilisées en Ile-de-France pour produire des bétons hydrauliques, destinés à la construction. 
  • Le besoin de sables et graviers particulièrement fort en Ile-de-France tend à s’accentuer avec en particulier les besoins de construction de la métropole parisienne (logements, métro du Grand Paris, etc.). La région francilienne est déjà importatrice pour près de la moitié de ses besoins d’approvisionnement. Les gisements d’Achères sont ainsi qualifiés d’enjeu interrégional.

(c) GSM